Cinéma Cornay - rue de l'Abreuvoir - 86200 Loudun

 

 

Logo ok copie 1

cinéma Art et essai

 HUIT  ET  DEMI

 

 

 jeudi 22 novembre à 20h30

 

Leave no trace

 

'' leave no trace''

de  Debra Granik

( USA - 2018- 1h49)

c su

Avec  Thomasin MacKenzie, Ben Foster , Jeff Kober

 

Tom a 15 ans. Elle habite clandestinement avec son père dans la forêt qui borde Portland, Oregon. Limitant au maximum leurs contacts avec le monde moderne, ils forment une famille atypique et fusionnelle. Expulsés soudainement de leur refuge, les deux solitaires se voient offrir un toit, une scolarité et un travail. Alors que son père éprouve des difficultés à s'adapter, Tom découvre avec curiosité cette nouvelle vie. Le temps est-il venu pour elle de choisir entre l’amour filial et ce monde qui  l'appelle ?  

 

''Pour le duo formé par Will et Tom, la réalisatrice est allée chercher du côté de Shakespeare et des personnages de La Tempête, Prospero et Miranda, un duc déchu et sa fille qui se retrouvent sur une île déserte : "Je suis très attirée par la façon dont les classiques content les relations humaines, la façon dont les gens se complètent.''

''Ce beau film d’émancipation d’une adolescente fait aussi la description du combat où l’individu s’oppose au groupe, et de ce qu’il en coûte. '' Les Fiches du

Cinéma

''Passionnant et dosant subtilement les émotions, le récit se découvre comme un beau roman d'apprentissage, en l'occurrence, celui de Tom, qu'incarne à merveille la jeune Thomasin McKenzie, une révélation à la hauteur de son partenaire Ben Foster ( Hostiles, Commancheria),, bouleversant.'' (L'Express)

''Dans le paysage du septième art états-unien, cette femme, réalisatrice, continue de poser les pierres d’un travail de curiosité, d’altruisme, et de véritable conteuse de son pays, de son vaste territoire, et de ses hommes. ''Bande à part

''Simple, sincère et d’une grande humanité. '' CinemaTeaser

''La discrétion et la retenue de la mise en scène et de l'écriture y sont un gage d'exigence et le moyen d'une étude subtile de l'essence de l'homo americanus.'' (Positif)

''En sus du travail mesuré et réaliste de la cinéaste, déjà remarquée pour son Winter’s Bone aux prémices similaires, le film s’appuie sur des comédiens solides et habités, comme Ben Foster remarquable en père taiseux et obstiné.'' (L'humanité)

r