Cinéma Cornay - rue de l'Abreuvoir - 86200 Loudun

 

 

Logo ok copie 1

cinéma Art et essai

 HUIT  ET  DEMI 

Jeudi 24 mai  à 20h30

A l heure des souvenirs

de Ritesh Batra

  (Gb-2018- 1h48)

avec Jim Broadbent, MIchelle Docktery, Charlotte Rampling, Harriet Walter....

Dans son magasin de photographie de Londres, Tony Webster mène une existence tranquille. Sa vie est bousculée lorsque la mère de Veronica Ford, son premier amour, lui fait un étonnant legs : le journal intime d’Adrian Finn, son meilleur ami du lycée. Replongé dans le passé, Tony va être confronté aux secrets les plus enfouis de sa jeunesse. Les souvenirs sont-ils le pur reflet de la réalité ou autant d'histoires que nous nous sommes racontées ?

''Il est probable que le nom de Ritesh Batra n’évoque rien chez la plupart des cinéphiles français. Par contre, si vous lancez "The lunchbox" dans une conversation réunissant un échantillon de ces mêmes cinéphiles, vous aurez aussitôt un grand nombre de visages qui vont s’éclairer tellement ce film indien sorti fin 2013 avait enchanté le public. Eh bien, Ritesh Batra, c’est le réalisateur de "The lunchbox" et "A l’heure des souvenirs" est son nouveau film, adapté de « Une fille qui danse », un roman de Julian Barnes paru en 2011. Que ce soit en Inde, son pays d’origine, ou en Angleterre, Ritesh Batra a l’art de mettre en lumière ce qu’il y a au plus profond chez ses personnages et de les rendre attachants sans pour autant verser dans la mièvrerie. Dans "A l"heure des souvenirs", avec l’aide d’une distribution de haute volée, il nous entraine avec bonheur sur les chemins de la nostalgie et sur le rôle subjectif de la mémoire dans la construction de nos souvenirs.'' (spectateur)

 

''A l’heure des souvenirs séduit par la finesse de son regard sur deux âges de la vie. Il capte avec justesse la jeunesse, son arrogance et ses illusions.'' La Croix

 

''En équi­li­bre fragile entre séquences con­­tem­poraines et flash-back comme ­empoisonnés par la nostalgie, le film progresse vers une révélation, un ­bilan existentiel, un « sens de la fin » — le titre original. '' (Telerama)

 

'Le film des regrets et des rermords . quand un homme divorcé se souvient de son amour de jeunesse qui laisse en lui un gout amer, un film sur la solitude, sur les noms dits qui vous détruisent peu a peu. sur un sujet simple, un film plein de tendresse et de cynisme , un drame d'amour superbement interprété par Jim ... sur la nostalgie le temps qui passe et n'efface pas les déchirures.'' (spectateur)

 

**************