Cinéma Cornay - rue de l'Abreuvoir - 86200 Loudun

 

 

Logo ok copie 1

cinéma Art et essai

 HUIT  ET  DEMI

 

 

 jeudi 20 décembre à 20h30

 

Le festin de babette affiche de film 40x60 cm 1989 stephane audran gabriel axel

 

de Gabriel Axel

( Danemark- 1988- 1h42h)

avec Stéphane Audran ,Hanna Steensgard, Bodil Kjer...

Oscar du meilleur film en langue étrangère en 1988.

Babette, chef cuisinière renommée  au Café Anglais, fuit la Commune de Paris en 1871 et  débarque un soir d'orage sur la côte sauvage du Jutland au Danemark pour trouver refuge chez deux vieilles bigotes . Autres terres, autres mœurs... Mais après quinze  années d'exil et  lorsqu'elle gagne plusieurs milliers de francs à la Loterie,  plutôt que d'améliorer son sort, elle consacre tout son argent pour reconstituer, en une seule soirée et pour douze couverts, le faste de la grande cuisine parisienne.

 

''Film rare, merveilleux, dont chaque instant se savoure.''

''Un véritable régal !! Il y a des films qui ne devraient pas passer inaperçus. Le festin de Babette est splendide de simplicité mené par des acteurs, des paysages et une histoire tout bonnement fantastiques.. et quelle(s) leçon(s) de Vie ! En tous points similaire à notre société actuelle, nos relations, nos "privations" (citation du film : "n'oubliez pas, nous avons perdu le sens du goût..") nos rigidités.. tout y est magnifiquement retracé. A voir, et si je peux vous conseiller : en VO sous-titrée absolument !!''

''chef d'œuvre d'intelligence , tout en sobriété . On y célèbre l'élévation de la cuisine francaise comme étant un plaisir autant gustatif que spirituel voire religieux ...le tout dans de magnifiques paysages de la mer du Nord baignés d'une douce lumière .....l'humanité a de beaux jours devant elle avec de tels films''

''Un incontournable du cinéma, pour traiter véritablement, des rapports entre morale et plaisirs, tout en sobriété : mais finalement, le film n'en est-il pas rendu plus beau et captivant ? Comment ne pas résister aux attraits d'une telle esthétique ou s’entremêle paradoxalement simplicité et sophistication, dans un film où le problème de fond soulevé demeure traité : Doit-on opposer la morale et la recherche des plaisirs ?''

 

*******

 

 

 

 

r